Amicale des Eleveurs de Passereaux (AEP)

Médecines naturelles : les plantes aromatiques
et leurs utilisations pour nos oiseaux

Par Pierre Malburet



Les plantes aromatiques peuvent s'utiliser en huiles essentielles ou en « frais ». Les deux méthodes sont bonnes, le seul but étant simplement de rendre à nos oiseaux leur santé par des produits « bio », au lieu de passer systématiquement par des antibiotiques. L'effet est réel, et les plantes aromatiques peuvent s'utiliser toute l'année, aussi bien de façon curative que préventive.

Les huiles essentielles sont certainement le moyen le plus simple à utiliser pour les éleveurs qui ne possèdent pas de jardin. De nos jours, on peut s'en procurer un peu partout, mais attention à la qualité : qui doit être bio et le produit certifié.


Thym officinal (Thymus vulgaris)

Sarriette (Satureja montana)


Les huiles essentielles s'utilisent :
- Soit en diffusion dans la pièce d'élevage à l'aide d'un diffuseur électrique et d'un minuteur (pratique pour pouvoir fractionner les temps de diffusion).
- Soit directement dans l'eau de boisson, à la dose d'une à deux gouttes par litre d'eau, toujours additionnées d'un dispersant. En effet, les huiles essentielles se dispersent très mal dans l'eau. Vous devez donc acheter un dispersant (vendu dans la même boutique), ou alors disperser la ou les gouttes d'huile dans une petite cuillère de sucre (glace, roux, poudre) ou de lait en poudre. Vous diluerez ensuite le tout dans de l'eau tiède.

Les trois huiles essentielles que j'utilise sont le thym (à thymol), la sarriette et l'origan, qui ont toutes les trois des propriétés antiseptiques très puissantes, anticoccidiennes et vermifuges, excellentes pour les voies respiratoires et digestives. Elles combattent les crampes d'estomac, les fermentations intestinales, les diarrhées, les états grippaux et activent l'élimination des toxines par la transpiration et les urines.


Origan compact (Origanum compactum)


Pour ma part, je n'utilise les huiles essentielles qu'en hiver. En effet, je suis horticulteur, donc je produis mes propres plantes pour mes oiseaux. Les plantes ont le feuillage trop dur en hiver. Je leur fournis donc de la sarriette, du thym, de l'origan, de la pimprenelle et de l'oseille tout le reste de l'année. A titre d'exemple, 4 canaris mangent facilement un pot d'une de ces quatre plantes en 24 heures.

L'oseille et la pimprenelle ne sont pas à proprement parler des plantes aromatiques, mais plutôt des plantes médicinales et condimentaires.

La pimprenelle (Sanguisorba minor) est très riche en vitamine C, c'est un excellent complément alimentaire. En outre, elle combat les troubles intestinaux et les diarrhées, elle arrête les hémorragies et favorise la cicatrisation. Très peu cultivée, elle se trouve pourtant dans tous les champs et sur toutes les collines du sud de la France.

L'oseille (Rumex acetosa) est riche en fer, magnésium, vitamine C et provitamine A, elle est très facile à cultiver et se trouve partout en France. Il en existe plusieurs variétés potagères.


Pimprenelle (Sanguisorba minor)

Oseille (Rumex acetosa)


Vous pouvez donc facilement cultiver ces plantes dans votre jardin :
- Soit en pleine terre, et dans ce cas, vous couperez régulièrement des feuilles ou des branchettes que vous donnerez à vos oiseaux.
- Soit en pot, et vous rentrerez directement le pot dans la cage ou la volière. Ne laissez pas le pot plus de 48 heures dans la cage, sinon les oiseaux mangeront même l'écorce et les racines ! La plante sera alors définitivement perdue. En l'enlevant assez tôt, elle pourra refaire des feuilles bien tendres et vous pourrez la remettre dans la cage dans le mois qui suit. Avec plusieurs pots, vous pouvez ainsi faire un roulement.

Si vous cultivez vous-même vos plantes, ne les traitez surtout pas : au contraire, distribuez-les pleines de pucerons, vos oiseaux en seront ravis. En période de nourrissage, nos amis ailés sont certainement le meilleur des insecticides.

Si vous utilisez des plantes fraîches achetées en magasin, je vous conseille de les mettre en quarantaine dans un coin du jardin environ un mois. Ceci sert à éviter tout problème éventuel de toxicité causé par les traitements phytosanitaires (insecticides ou fongicides). Les produits les plus dangereux utilisés par les horticulteurs ont une rémanence maximum de trois semaines. Passé ce laps de temps, les plantes redeviennent saines et parfaitement consommables par les oiseaux.

Bonne santé à tous.

Pierre MALBURET





© Amicale des Eleveurs de Passereaux 2003-2018. Reproduction interdite.
Copyright Dépôt
00036381