Amicale des Eleveurs de Passereaux (AEP)

LES SUREAUX
Par Marc Bumb, Lionel Durochat et Pierre Malburet





 Famille des Caprifoliacées (avec les chèvrefeuilles, les viornes...)

C'est un arbuste qui pousse au bord des fossés, des routes, dans les terrains riches en azote.

En mai juin, il fleurit en présentant de grandes ombelles de fleurs blanches et parfumées, puis fructifie en août septembre, en offrant des grappes de baies noires brillantes, qui retombent vers le sol.

C'est le moment de les cueillir, et de les offrir à nos pensionnaires.


Sa composition (baies fraîches) :

Le Sureau noir est assez riche en provitamine A, en Vitamine C en Vitamine PP et en Potassium (K) mais aussi en acide malique et tartrique.

Composants g/100g   Minéraux mg/100g   Vitamines mg/100g
Eau 80   Ca 40   Vit A. 600
Glucides 18   P 30   Vit. B1 0,06
Lipides 0 ,5   Fe 1,6   Vit. B2 0,08
Protides 2,6   Na 0,5   Vit. PP 1,5
  kcal/100g   K 300   Vit. C 35
Calories 72   Mg        

Usage :
Choisir des grappes bien. mures, aux fruits mous, et les accrocher aux grillages de la volière.
Toutefois, ne pas abuser de sa consommation. En effet, ces fruits contiennent des terpènes, des tanins, de l'anthocyane, qui à forte dose se révèle toxique.
Proposer donc ces grappes avec d'autres fruits, et sans utilisation exclusive et prolongée, semble plus prudent. Les oiseaux sauvages consomment couramment ces baies... sûrement sans excès.


Le jus frais est analgésique notamment en cas de rhumatisme, de névralgie faciale. Les baies entières crues peuvent se montrer légèrement purgatives et émétiques (qui fait vomir). Sèches, légèrement laxatives, elles entrent dans la composition de tisanes amaigrissantes.

Plante voisine :
Le Sureau hièble (Sambucus ebulus) : voir fiche.

Bibliographie :
Guide nutritionnel des aliments (Couplan) Delachaux et Niestlé
Le régal végétal (Couplan) Debard
Plantes et baies sauvages (Grau) Solar
Plantes sauvages comestibles (Couplan) Hatier







 Famille des Caprifoliacées (avec les chèvrefeuilles, les viornes...)

Répandu au bord des routes, et en bordure de talus, ce sureau est une plante herbacée, disparaissant à la mauvaise saison.
On aperçoit de grandes ombelles horizontales, de fleurs blanches qui, ensuite en août septembre, sont remplacées par des plateaux de baies noires brillantes, portées toujours horizontalement. La plante, de taille moyenne (jusqu'à 1,50 m), libère un parfum désagréable.

Sa composition :
Comme le sureau noir, il contient des principes émétiques et, de plus, ses fruits sont amers.
Ils referment des essences, des tanins, de la sambucyanine (colorant) et de la vitamine C.
Les baies ne sont pas consommées par l'homme (ni crues, ni cuites), mais elles sont visitées par les oiseaux.

Usage :
Même conseil que pour le sureau noir, on propose ses baies surtout choisies dans les grappes les plus mûres, sans insister longtemps sur la durée de présentation, en alternant avec d'autres baies d'une famille différente. Cette prudence permet d'éviter de déclencher des seuils de toxicité.


Considérée comme plante médicinale pour ses principes actifs, c'est surtout la racine (rhizome) qui est utilisée en médecine traditionnelle comme diurétique et diaphorétique (qui provoque la transpiration).

Plante voisine :
Le Sureau noir (Sambucus nigra) : voir fiche.

Bibliographie :
Plantes et baies sauvages (Grau) Solar
Plantes médicinales (Volak) Gründ
Le régal végétal (Couplan) Debard







Famille des Caprifoliacées (avec les chèvrefeuilles, les viornes...)

Le sureau rameux est un arbuste des bois d'Europe centrale et méridionale.
On reconnaît immédiatement ses fruits rouges en août septembre, en grappes désordonnées, contrairement à ses cousins aux baies noires et bien disposées.

Sa composition :
Les fruits du sureau rameux contiennent de la Vitamine C et B1, de l'huile, du sucre, des pectines et des pigments organiques, des acides et une trace de glucoside.
Les baies cuites sont consommables par l'homme, le principe émétique (qui fait vomir) disparaissant à la cuisson. On les transforme en gelées et confitures.
Crues, elles sont très acides et ont un pouvoir fébrifuge et sudorifique (qui fait transpirer).

Usage :
Même conseil que pour le sureau noir, et toutes les baies contenant des anthocyanes.
Sur un usage long et exclusif, il y a risque de toxicité par dépassement de seuil de tolérance. Ces fruits apportent néanmoins des principes intéressant pour nos oiseaux. Il faut simplement respecter le choix de nourrissage, un peu comme le font les oiseaux libres. Choisir les grappes les plus mures, les baies qui n'ont pas atteint la maturité contiennent ces toxiques à plus fortes doses.

Confusion possible :
Le Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia)

Bibliographie :
Plantes médicinales (Volak) Gründ
Le régal végétal (Couplan) Debard

Photo :

Photo aimablement prêtée par Leo Michels (Allemagne)

Voir également le lien suivant :
http://erick.dronnet.free.fr/belles_fleurs_de_france/sambucus_racemosa.htm








© Amicale des Eleveurs de Passereaux 2003-2018. Reproduction interdite.
Copyright Dépôt
00036381