Amicale des Eleveurs de Passereaux (AEP)


Les publications de l'AEP


Groupe de travail

Informations générales sur les Diamants australiens et oiseaux apparentés :


 Ordre : Passériformes
Famille : Estrildidés (Estrildidae) : 26 genres, plus de 130 espèces
Sous-familles :
- Estrildinés (Estrildinae), ou « Astrilds et assimilés » : 17 genres, 69 espèces
- Pœphilinés (Poephilinae) ou « Diamants australiens et assimilés » : 6 genres, 14 espèces (récemment classées avec les Capucins ou Lonchurinés)
- Lonchurinés (Lonchurinae) ou Capucins : 2 genres, 40 espèces
- Erythrurinés (Erythrurinae) : 1 genre, 11 espèces formant un groupe à part, parfois rattaché autrefois aux Lonchurinés

Espèces et sous-espèces constituant la sous-famille des Pœphilinés :
  1. Diamant peint ou « Emblème peint » (Emblema pictum) - Australie
  2. Diamant à gouttelettes (Stagonopleura guttata) - Sud-est de l'Australie
  3. Diamant queue-de-feu (Stagonopleura bella)
  4. Diamant oculé (Stagonopleura oculata)
  5. Diamant des montagnes (Oreostruthus fuliginosus)
  6. Diamant à queue rousse ou « Diamant ruficauda » (Neochmia ruficauda)
    • Diamant à queue rousse nominal (Neochmia ruficauda ruficauda) - Nord-ouest de l'Australie (quasiment éteint dans la nature)
    • Diamant à queue rousse clarescens (Neochmia ruficauda clarescens) -Nord et nord-ouest de l'Australie
  7. Diamant modeste (Neochmia modesta)
  8. Diamant phaéton (Neochmia phaeton)
    • Diamant phaéton à ventre noir (Neochmia phaeton phaeton) - Australie
    • Diamant phaéton à ventre blanc (Neochmia phaeton evangelinae) - Indonésie, nord de l'Australie
  9. Diamant à cinq couleurs ou « Astrild de Sydney » (Neochmia temporalis)
    • Diamant à cinq couleurs nominal (Neochmia temporalis temporalis) - Est et sud-est de l'Australie
    • Diamant à cinq couleurs mineur (Neochmia temporalis minor) - Nord-est de l'Australie
  10. Diamant à bavette (Poephila cincta)
    • Diamant à bavette à croupion blanc (Poephila cincta cincta) - Nord-est de l'Australie
    • Diamant à bavette à croupion noir (Poephila cincta atropygialis) - Nord-est de l'Australie
  11. Diamant à longue queue (Poephila acuticauda)
    • Diamant à longue queue à bec jaune (Poephila acuticauda acuticauda) - Nord et ouest de l'Australie
    • Diamant à longue queue de Heck (Poephila acuticauda hecki) - Nord-est de l'Australie
  12. Diamant masqué (Poephila personata)
    • Diamant masqué nominal (Poephila personata personata) - Nord de l'Australie
    • Diamant masqué à oreillons blancs (Poephila personata leucotis) - Péninsule du Cap York (nord-est de l'Australie)
  13. Diamant mandarin (Taeniopygia guttata)
    • Diamant mandarin de Timor (Taeniopygia guttata guttata) - Indonésie
    • Diamant mandarin d'Australie (Taeniopygia guttata castanotis) - Australie
  14. Diamant de Bicheno (Taeniopygia bichenovii)
    • Diamant de Bicheno à croupion blanc (Taeniopygia bichenovii bichenovii) - Est de l'Australie
    • Diamant de Bicheno à croupion noir (Taeniopygia bichenovii annulosa) - Nord et ouest de l'Australie

Mutations :
  • Diamant peint : orange
  • Diamant à gouttelettes : brun, bec et croupion jaunes, isabelle, ailes claires, pastel
  • Diamant à queue rousse : pastel, masque jaune, isabelle, panaché, lutino, bleu
  • Diamant modeste : isabelle, brun
  • Diamant phaéton à ventre noir : orange
  • Diamant à cinq couleurs : panaché
  • Diamant à bavette : crème ino, brun, isabelle, albinos
  • Diamant à longue queue : brun, isabelle, crème ino, albinos, gris, bec pâle, blanc
  • Diamant masqué : brun
  • Diamant mandarin de Timor : bec jaune
  • Diamant mandarin d'Australie : très nombreuses mutations et combinaisons de couleurs

Logement :

 Les espèces de Diamants australiens les plus domestiquées se reproduisent avec succès en grande cage d'élevage (dimensions minimales : 80 cm de longueur, 40 cm de hauteur, 40 cm de profondeur) : Diamant à bavette, Diamant à longue queue, Diamant modeste, Diamant à queue rousse, Diamant à gouttelettes, Diamant mandarin de Timor. Bien entendu, une volière leur convient aussi parfaitement.

Le Diamant mandarin d'Australie, véritable « machine à nicher », accepte même de petites cages pour se reproduire, mais il mérite une grande cage ou même une volière, pour s'ébattre à son aise et montrer tout son attrait.

Les espèces plus exigeantes - Diamant peint, Diamant phaéton, Diamant à cinq couleurs, Diamant masqué, Diamant de Bicheno - se reproduisent de préférence en petite ou grande volière. Gardés en cage standard, ils n'ont pas assez d'intimité et abandonnent souvent leur nid si l'éleveur le contrôle avec trop de curiosité. Certains éleveurs confient leur progéniture à des parents nourriciers, généralement des Moineaux du Japon, mais les Diamants peuvent parfaitement élever eux-mêmes leurs jeunes, si on les garde dans des conditions adaptées à leurs besoins (espace et nourriture).

 Les Diamants originaires d'Australie, élevés en captivité en Europe depuis plusieurs décennies, ne sont pas fragiles. Il est possible de les garder toute l'année en volière extérieure, du moment que celle-ci est bien abritée en hiver et dispose d'un abri légèrement chauffé, dans les régions les plus froides. Cependant, les oiseaux élevés en intérieur au chaud ne doivent pas être mis dehors avant la belle saison, pour leur laisser le temps de s'acclimater aux conditions extérieures avant l'hiver.

Les Diamants originaires d'Indonésie (Diamant phaéton à ventre blanc, Diamant mandarin de Timor), notamment les spécimens nés dans la nature, s'accommoderont d'une grande volière bien abritée des intempéries, disposant d'un local où la température nocturne ne descend pas en dessous de 5 à 10°C en hiver, voire 15°C s'ils sont gardés en cage, sans possibilité de se réchauffer en volant sur de longues distances.

Le Diamant queue-de-feu, le Diamant oculé et le Diamant des montagnes ne sont pas élevés en Europe actuellement.


Alimentation :
L'alimentation de base de ce groupe d'oiseaux est un mélange de graines de qualité pour Diamants australiens, parfois appelé aussi « mélange pour Diamant de Gould ». Ce mélange est une amélioration du « mélange exotique » standard. Il contient 35 à 50% d'alpiste, 20 à 30% de panis jaune, 15% de millet blanc, 10% de millet japonais, 5 à 10% de panis rouge, et 1 à 3% de périlla gris. On le trouve par exemple dans les marques Versele Laga et Beyers.

 Ils consomment aussi du millet en grappe, des graines de santé ou graines sauvages, des minéraux (os de seiche, bloc minéral, grit...), et acceptent en complément des légumes (salade, concombre), des épis de graminées sauvages ou cultivées... En période de reproduction, les oiseaux doivent disposer de pâtée d'élevage, pâtée universelle, graines germées et éventuellement de nourriture animale (insectes vivants, séchés ou congelés), qui accélère la croissance des oisillons. Avec certains couples, la nourriture vivante est indispensable pour un élevage réussi. D'autres, très bien habitués aux aliments de substitution (pâtées), arrivent néanmoins à se passer d'insectes pour élever leurs petits, ce qui simplifie considérablement le travail de l'éleveur.

Problèmes fréquents :

Les Diamants peuvent souffrir d'acariase respiratoire (des acariens se développent dans la trachée de l'oiseau et gênent sa respiration). Une poudre insecticide adaptée aux oiseaux de cage, ou une goutte d'Ivermectine diluée à 0,12% sur la membrane alaire, permettent de lutter efficacement contre cette maladie.

Les jeunes Diamants que l'on fait élever par des parents nourriciers peuvent mourir de trichomonose ou cochlosomose, maladie parasitaire transmise par les Moineaux du Japon qui, eux, n'y sont pas sensibles. Il convient alors de les traiter avec un médicament contre les protozoaires flagellés prescrit par le vétérinaire.

Le Diamant phaéton a la réputation d'être agressif avec ses semblables, il est préférable de mettre juste un couple de cette espèce par volière.

Certains spécimens de Diamant à gouttelettes, Diamant à bavette et Diamant à longue queue peuvent perturber les autres habitants d'une volière par des attaques répétées. Pour cette raison, on préfère dans ce cas les élever par couple en cage, ou bien en très grande volière permettant aux espèces plus timides de se mettre à l'abri de leurs agresseurs.



Texte d'Alice Maurisot


Dernière mise à jour le 13 décembre 2013



© Amicale des Eleveurs de Passereaux 2003-2018. Reproduction interdite.
Copyright Dépôt
00036381